Le Fonds Régional d’Art Contemporain d’Aquitaine m’a confié cette année plusieurs œuvres de sa collection pour un traitement curatif et préventif par anoxie statique.

Les œuvres d’art contemporain sont souvent hétéroclites dans leurs formes et leurs matériaux et ne sont pas épargnées par le risque d’attaque d’insectes nuisibles du patrimoine…

Sans faire intervenir de produit toxique, l’anoxie est une méthode qui consiste à éliminer les insectes en plaçant l’objet dans une poche étanche d’où l’on retire l’oxygène durant plusieurs semaines. Ce type de traitement préserve l’intégrité de l’objet et s’adapte bien aux problématiques de conservation et à la sensibilité des collections telles que celles du Frac Aquitaine.

Réalisé dans les locaux du Frac qui prépare actuellement son déménagement vers la MECA et qui entreprend le récolement de sa collection, chaque traitement a été complété par un dépoussiérage minutieux de l’œuvre avant son reconditionnement.

Assemblage de Jessi Reaves, « Tree people », 2016, (osier, velours, mousse, fils…)

Assemblage de Jessi Reaves, « Tree people », 2016, (osier, velours, mousse, fils…)

Œuvre textile de Caroline Achaintre, « Wanderer », 2012 (laine, toile et latex) et contrôle du taux d’oxygène dans la poche à anoxie à l’aide d’un oxymètre

Œuvre textile de Caroline Achaintre, « Wanderer », 2012 (laine, toile et latex) et contrôle du taux d’oxygène dans la poche à anoxie à l’aide d’un oxymètre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *